3.1 La notion d’actualisation

3.1.1 Définition

Le taux d’actualisation est le taux qui permet de produire la même satisfaction avec un revenu futur et un revenu immédiat. Il permet de rendre équivalent un revenu futur et un revenu immédiat.

Exemple : Je me fiche pas mal de disposer de 10 euros de plus, aujourd’hui ou dans deux ans, car la somme est peu impliquante. Mais s’il s’agit de 1000 euros ? Ou de 10 000 euros ? Là Je préfère disposer de 10 000 euros aujourd’hui, plutôt que 10 300 euros dans deux ans. A quelles conditions financières vais-je accepter que ce montant soit disponible seulement dans 24 mois ? 11 000, 12 000 euros ou plus encore ?

3.1.2 Facteurs d’aversion du risque

A- L’inflation

Oui, l’inflation est un risque. Il faut donc tenir compte de l’inflation prévisible sur les 12 prochains mois. 1 Soit, 1,31 % de 10 000 euros par an, avant la crise sanitaire.

B- Autres facteurs en aversion

En tant qu’acteur économique rationnel, je vais aussi :
— tenir compte de ce que me rapporterait un bon placement sûr. Soit, 1,15 % en 2019 ;
— tenir compte du coût du risque (crises financières) qui est matérialisé par la « prime de risque » s’ajoutant aux autres taux. Disons ici, une prime de 2,25 % du capital net investi.

L’actualisation est calculée en intérêts composés sur la base d’un taux annuel. Elle prend en considération deux facteurs déterminant : la valeur temps de l’argent et l’aversion au risque.

Taux d’actualisation = taux d’inflation + taux d’intérêt + prime de risque.
Soit ici pour 10 000 euros (et en simplifiant un peu) :
Taux d’actualisation = 0,0131 + 0,0115 + 0,0225 = 0,0471 ou 4,71 %.

C- Pour aller plus loin

3.1 La notion d’actualisation