PRÉSENTATION
CONDUITE D'UNE VEILLE
DEMARCHE QUALITE
TRAVAIL EN MODE PROJET
DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES
GESTION DES RISQUES FINANCIERS
GESTION DES RISQUES NON FINANCIERS

Partie 1 – La notion de risque

 1- La différence entre danger et risque

Le danger est une propriété intrinsèque d’un produit, d’un équipement, d’une situation susceptible de causer un dommage à l’intégrité mentale ou physique du salarié.

Le risque est la probabilité de réalisation d’un dommage découlant d’un danger, ce risque est relatif à une cible. Il s’agit donc d’« une notion abstraite, inobservable directement, une catégorie de statut intermédiaire entre celle des dangers et celle des dommages ».

Le danger peut être défini comme une source potentielle de dommage (physique, matériel…) pour une cible. Exemples : la chaleur, un escalier, le travail sur écran.

Un événement peut être à l’origine d’un danger (défaillance d’un fournisseur, évolution réglementaire…). Une situation dangereuse se constate.

Le risque est une estimation : il se définit comme la probabilité qu’une personne ou qu’une organisation, confrontée à un danger, subisse un dommage.

Exemples

Danger / événementCibleDommage
La chaleurLes maçons sur un chantierLa déshydratation
Le travail en hauteurLes couvreursLa chute
L’arrivée d’un concurrentL’entrepriseLa perte de parts de marché

2 – L’évolution de la notion de risque

2.1. L’évolution du sens

En entreprise, le risque se rattache de plus en plus à la notion d’objectifs que l’on risque de ne pas atteindre. Il peut être considéré comme un aléa dont la survenue empêche l’entreprise d’atteindre ses objectifs.

Exemple de risque : l’échec du lancement d’un nouveau produit, empêchant l’entreprise d’atteindre son objectif d’augmentation des ventes.

2.2. L’apparition de nouveaux risques

L’évolution du contexte économique et sociologique a fait émerger des risques d’une nouvelle nature. Ainsi, à côté des risques « traditionnels » (risques naturels, risques liés à la santé des salariés…) sont apparus des risques qu’il faut prendre en compte avec autant d’attention : risque d’image et de réputation, risque environnemental, risque informatique…

3 – Les effets des risques

Les risques peuvent représenter une vulnérabilité, c’est-à-dire une situation qui va avoir des effets négatifs sur l’entreprise (perte d’un client…).

Mais ils peuvent également avoir des avantages : ainsi, chercher à maîtriser les risques permet à l’entreprise d’améliorer ses performances (satisfaction des clients, e-réputation) mais aussi, parfois, de saisir des opportunités.

Par exemple, former les salariés aux risques chimiques permet :

  • – de connaître les dangers et d’éviter certaines pratiques, sources de risques ;
  • – à l’entreprise d’accéder à de nouveaux marchés (par exemple, l’entreprise peut répondre à des appels d’offres qui nécessitent cette compétence).

4 – Les principaux risques

Les risques auxquels s’expose l’entreprise sont à la fois internes (liés à l’organisation de la production, à la qualification des salariés…) mais aussi liés à l’évolution de son environnement externe (évolutions de la réglementation, de la société).

Les principaux risques auxquels l’entreprise peut être exposée peuvent être structurés en grandes catégories. La cartographie suivante est indicative mais donne une idée de la variété des risques et de la complexité qu’entraîne leur gestion :

5 – Tous les risques SST

Partie 1 – La notion de risque