PRÉSENTATION
CONDUITE D'UNE VEILLE
DEMARCHE QUALITE
TRAVAIL EN MODE PROJET
DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES
GESTION DES RISQUES FINANCIERS
GESTION DES RISQUES NON FINANCIERS

g-e51-12.3- Gérer la trésorerie

Chapitre
Contenu

g-e51-12.3- Gérer la trésorerie

Trésorerie : un indicateur de la santé de l'entreprise

 

Le niveau de trésorerie est la conséquence de nombreux événements. Certaines causes sont facilement repérables (par exemple, la défaillance d’un client), d’autres s’installent peu à peu (par exemple, des délais de règlement fournisseurs de plus en plus courts, le recours de plus en plus fréquent à l’autofinancement). La trésorerie est donc un indicateur de la santé de la PME.

1.1 Les objectifs d’une bonne gestion de trésorerie

La gestion de trésorerie doit :

– permettre à la PME de faire face à ses engagements : régler ses dettes à échéance ;

– permettre de réduire les coûts des services bancaires : éviter les intérêts sur découvert bancaire, négocier les jours de valeur, les commissions sur opérations, les frais de gestion des comptes ;

– construire un partenariat de confiance avec les banques.

1.2 Les règles courantes en matière de gestion de trésorerie

Pour limiter les risques de trésorerie, la PME doit mettre en application quelques règles simples.

CONSEILS JUSTIFICATIONS
Facturer régulièrement De nombreuses entreprises ont le tort de ne facturer que ponctuellement (par exemple, une fois par mois). Le délai de facturation s’ajoute ensuite au délai de règlement, ce qui repousse d’autant l’encaissement.
Bien choisir la formulation du délai de règlement Un délai de règlement (DR) de 30 jours « nets » est en pratique plus court qu’un délai de règlement de 30 jours « fin de mois ». Exemple : une facture est émise le 8 avril. Si le DR est de 30 jours nets, le paiement est attendu pour le 8 mai. Si le DR est de 30 jours fin de mois, le paiement est attendu pour le 31 mai.
Demander des acomptes Dans certains secteurs d’activité, il est d’usage de demander des acomptes ou des paiements fractionnés (au fur et à mesure de l’avancement des travaux, par exemple).
Suivre régulièrement les valeurs en banque À partir des relevés bancaires, le gestionnaire peut pointer les encaissements, les décaissements et le solde en fin de période. Il peut procéder à des rapprochements bancaires entre le relevé bancaire et le compte Banque issu de la comptabilité de l’entreprise, afin de rechercher d’éventuelles erreurs et de calculer le montant exact de la trésorerie disponible à un instant T.
Suivre les règlements en attente Le gestionnaire peut utiliser une balance âgée : ce tableau récapitule, par client ou fournisseur, les montants non encore payés en mettant en évidence le nombre de jours de retard. L’échéancier a le même objectif, mais, plus détaillé, il permet de réaliser un suivi facture par facture. Le suivi permet de mettre en place une procédure de relance.
Utiliser la technique de l’affacturage Lorsque la PME manque de temps pour suivre ses créances, elle peut sous-traiter cette tâche à une société financière qui rachète ses factures et lui garantit ainsi les paiements à l’échéance.
Négocier une ligne de crédit Une ligne de crédit correspond à la possibilité d’avoir un compte bancaire débiteur. Ce découvert bancaire « négocié » est une solution de financement souple, au coût négocié, qui ne sert qu’en cas de besoin.u
Construire un budget de trésorerie Un budget est un outil de planification et de contrôle. Le budget de trésorerie présente les encaissements et décaissements prévus chaque mois de l’année à venir et le solde de trésorerie qui en découle. Il permet d’anticiper d’éventuelles difficultés.