PRÉSENTATION
CONDUITE D'UNE VEILLE
DEMARCHE QUALITE
TRAVAIL EN MODE PROJET
DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES
GESTION DES RISQUES FINANCIERS
GESTION DES RISQUES NON FINANCIERS

g-e51-5. Notion de veille

Leçon
Contenu

1. Définition de la notion de veille

La définition de l’AFNOR   : la veille est une « activité continue en grande partie itérative visant à une surveillance active de l’environnement technologique, commercial, etc., pour en anticiper les évolutions » (définition de la norme expérimentale française XP X 50-53 de l’Afnor) ;

1.1 La distinction entre collecte d’information et veille

  • La collecte d’information est une activité ponctuelle, de recherche en interne (dans les bases de données de l’entreprise) ou en externe (le plus souvent sur Internet). Une fois l’information trouvée, la collecte est terminée.
  • La veille permet de rester informés sur la durée car l’information évolue, ou en alerte au cas où une information viendrait influer sur l’activité. La notion de veille implique ainsi une dimension stratégique, continue, prospective, qui la différencie de la simple recherche d’information.

1.2 Veille et organisation

Pour l’ADBS, Association des professionnels de l’information et de la documentation, la veille est un  « dispositif organisé, intégré et finalisé de collecte, traitement, diffusion et exploitation de l’information qui vise à rendre une entreprise, une organisation, quelle qu’elle soit, capable de réagir, à moyen et long termes, face à des évolutions ou des menaces de son environnement, que celles-ci soient technologiques, concurrentielles, sociales, etc. »

2. Typologie des veilles

Type de veilleObjectifs
Juridique et réglementaireSe tenir informé sur l’état et l’évolution du droit pour réduire les risques de non-conformité à la loi de l’organisation.
ConcurrentielleSuivre l’évolution des concurrents en termes de politique tarifaire, de stratégie de communication ou encore de choix des fournisseurs afin de maintenir un avantage concurrentiel.
CommercialeSurveiller les clients, prospects et fournisseurs afin de collecter des renseignements sur l’environnement commercial de l’entreprise. Réduire les risques en identifiant les prospects solvables ou en mettant en concurrence de nouveaux fournisseurs.
FiscaleMieux gérer son patrimoine en surveillant l’actualité fiscale et celle des aides financières apportées par l’État.
SocialeMieux apprécier le climat social en suivant l’actualité des salaires, du temps de travail, de la santé ou des innovations en RH.
TechnologiqueAméliorer la compétitivité en surveillant l’évolution des technologies afin d’utiliser des produits optimisés ou différenciés (choix d’un nouveau logiciel métier, par exemple).
MarketingCompléter la veille commerciale en analysant l’environnement de l’entreprise afin d’identifier de nouveaux marchés et ainsi proposer de nouveaux produits.
FinancièreSuivre les indicateurs qui concernent les intérêts monétaires ou financiers de l’entreprise (taux de change avec certains fournisseurs, par exemple).
Réputationnelle (e-reputation)Surveiller ce qui se dit sur l’entreprise et la perception qu’en ont les clients pour anticiper les crises.

3. Procédure de la veille

  1. Identification de mes objectifs : est-ce une veille juridique (veille générale sur l’évolution des textes de loi) ou une veille réglementaire (veille sur les textes applicables à l’entreprise) ? Est-ce une veille fiscale ou sociale ? Combien de temps vais-je consacrer à la veille ?
  2. Thèmes et mots-clés qui m’intéressent pour mon projet ? Il sont importants car je vais créer des alertes et sélectionner des flux RSS. Et l’importance des thèmes et mots clés seront fonction du temps
  3. Lister les sources : quelles sont les sources d’information sérieuses, de référence ? Quels contenus me semblent pertinents et variés ?
  4. Outil de Collecte des données : quels moteurs de recherche utiliser ? Quels médias sociaux impliquer ? Quels outils de curation ?
  5. Analyser, évaluer l’information : le site est-il fiable ? L’information est-elle intéressante ? Est-ce bien ce que je cherchais ?
  6. Extraire, traiter l’information : synthèse, mise en forme, reporting, intégration partielle dans mon dossier Participation à la Gestion des risques.
  7. Stocker : dans un Drive ? ou avec un outil collaboratif ?
  8. Diffuser l’information : qui en a besoin ? Quel moyen de diffusion utiliser ? E-mail, liens Drive, outil collaboratif ?

4. Sources importantes pour vous en GPME

– Ministère du Travail : http://travail-emploi.gouv.fr/

 Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) : http://www.inrs.fr/inrs/identite.html

– Association nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT) : https://www.anact.fr/

– Assurance maladie et risques professionnels : http://www.risquesprofessionnels.ameli.fr/

– Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail : https://osha.europa.eu/fr

– Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT) : https://www.carsat-pl.fr/home/entreprises.html

– Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics : https://www.oppbtp.com/

g-e51-5. Notion de veille

Cours et ressources complémentaires sur la veille

Cours et TP en pdf sur la veille

Problématiques de la veille (wikipedia)

Il est possible de caractériser une veille selon plusieurs critères :

  • sa finalité (opérationnelle / stratégique & prospective ; scientifique / technique ; Recherche/développement...),
  • le nombre et la qualité des destinataires,
  • l'étendue des thèmes à surveiller, la nature et la diversité des sources,
  • le niveau de valeur ajoutée (et donc la qualification et l'analyse de l'information),
  • la mise à disposition des données, la présentation des données et enfin l'inter-réactivité (augmentation de la communication entre responsables et employés) 4.

La veille peut s'appliquer à de l'information et extraction de connaissances orale ou écrite, réelle ou modélisée, à de l'imagerie (aérienne et satellitale notamment). Dans le monde du renseignement, qui a des méthodes particulières, on parle de HUMINT (intelligence humaine) et de OSINT (intelligence des sources ouvertes).

Selon ses caractéristiques on décide de la quantité de ressources (humaines, financières...) à affecter à la veille et à sa transmission.

Souvent, un chef de projet réunissant de nombreuses compétences met en place un système de veille appuyé sur plusieurs techniques. Parfois son rôle n'est pas directement de récolter l'information mais plutôt de donner aux experts de l'entreprise les moyens de travailler sur l'information1,5.

Le veilleur a notamment un rôle de décryptage d'évènements de signaux faibles, de stratégies d'influence (adverses ou non) : il doit identifier les méthodes de diversion et de désinformation employées par des entités (fournisseurs, concurrents, adversaires, alliés).

La veille peut être freinée par des problèmes de communication intra-entreprise (des individus peuvent faire de la rétention d'information, par manque de partage), par un contexte politiques (« guerre de pouvoirs »), par manque d'accès à des ressources informationnelles importantes, ou suite à des problèmes techniques (systèmes d'informations insuffisants).