Matrice d’Arthur Do Little

Matrice d’ARTHUR D. LITTLE
ADL structure sa matrice d’analyse stratégique à partir de deux variables :
— le degré de maturité de l’activité est fondé sur les quatre phases du cycle de vie, il intègre
donc le taux de croissance de l’activité ;
— la position concurrentielle mesure l’écart entre l’entreprise et ses concurrents sur les principaux facteurs clés de succès du marché considéré.
Dans la matrice A.D. Little, les recommandations stratégiques ne dépendent pas uniquement
des cases de la matrice. On distingue trois grands types de prescriptions :
— le développement naturel, c’est-à-dire une stratégie d’investissements massifs en vue de
développer l’activité, correspond aux activités pour lesquelles l’entreprise a une bonne
position concurrentielle et à celles en phase de lancement ;
— le développement sélectif correspond à une stratégie plus prudente d’investissements
pour certaines activités à position concurrentielle moyenne, voire faible ;
— l’abandon est la stratégie à suivre pour les activités générant peu de rentabilité et ayant
une position concurrentielle faible.
Une fois les domaines d’activité stratégiques définis et avant d’arrêter la stratégie générale
de l’entreprise, celle-ci doit, pour chaque domaine d’activité retenu, choisir parmi plusieurs OPTIONS FONDAMENTALES EN STRATÉGIE – en termes de segmentation, de ciblage et de positionnement.



La justification à ces stratégies sont les suivantes :

Matrice d’Arthur Do Little